Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Zakhar Prilepine - De gauche, jeune et méchant

22 Septembre 2015, 14:00pm

Publié par zazy

De gauche, jeune et méchant

Zakhar Prilepine

Editions de la Différence

Traductions : Marie-Hélène Corréard et Monique Slodzian

Septembre 2015

220 pages

ISBN : 9782729121839

4ème de couverture :

Avec Je viens de Russie, chroniques coup de poing publiées par La Différence en 2014, les Français ont pu découvrir les passions, les colères et les combats de Zakhar Prilepine, formidable écrivain qui, à moins de 40 ans, vient de recevoir la plus haute distinction de la littérature russe. Devenu un romancier de renommée mondiale, Prilepine tient à partager « le pain chaud » de ses soucis quotidiens avec ses lecteurs. De sa plume anti-glamour, chaleureuse et facétieuse à la fois, il continue à tenir ce journal exceptionnel qui nous fait entrer au cœur de la vie russe actuelle.Le dernier opus de ces chroniques, De gauche, jeune et méchant, dit bien que le ton monte dans la société russe et le monde. La guerre en Ukraine se profile et les pressentiments de Prilepine se confirment : l’oligarchie russe se range du côté du pouvoir de Kiev, orchestré par les oligarques ukrainiens. S’il ne cède pas un pouce de terrain dans son corps-à-corps avec les libéraux (ceux qui depuis les années 90 mettent le pays en pièces), il règle ses comptes en écrivain, avec un humour qui tue et nous ravit. Sans détour et sans la moindre arrogance, il nous confie ses craintes et ses antipathies. Aucune contradiction pour lui entre les sujets brûlants de l’actualité et la banalité du quotidien. Lisez ces courts récits chaleureux et électriques, écrits durant ces trois dernières années, et vous en apprendrez beaucoup sur le monde russe actuel, loin des stéréotypes.

L’auteur (site de l’éditeur) :

Né en 1975, Zakhar Prilepine a combattu en Tchétchénie entre 1996 et 1999 avant de s’engager dans les forces spéciales et d’exercer plusieurs métiers. Membre du parti national-bolchevique depuis 1996, il est l’un des intellectuels protestataires les plus célèbres de Russie. Il s’est fait connaître du grand public en 2004 avec son roman Patologii, relatant sa guerre de Tchétchénie. San’kia, fiction sur le terrorisme, paru en 2006, lui a valu la célébrité.
Je viens de Russie rassemble des textes écrits entre 2003 et 2011.

================

Zakhar Prilepine, vous me causez un sacré dilemme. Dans ce livre, quelle est votre part de mauvaise foi ? Vous voulez toujours avoir raison. Ce livre est écrit à l’aune de votre fierté d’être russe et je le comprends pleinement. Votre écriture est belle, elle m’a emballée. J’y ai senti de l’urgence, de la colère. Je ne vais pas vous le cacher, votre écriture peut être jubilatoirement verte : « Vous avez peut-être envie de me mordre. Mordez-vous les couilles chers opposants. Encore que je me demande où vous iriez les chercher. » J’ai, de temps à autre, fermé le livre parce que agacée par vos écrits, votre mauvaise foi. Une fois ma lecture terminée, j’ai laissé les choses se décanter, j’ai repensé à certains passages, à certains ressentis immédiats qui furent les miens.

Oui, la Russie est immense et, comme en Chine, la valeur de l’humain n’est pas la même que chez nous, ce qui est plus difficile à admettre dans nos pays européens. « L’homme russe –sous entendu impérial-, ce sont les espaces sauvages et les horizons inatteignables qui l’ont créé et éduqué ».

Vous pestez contre cette mondialisation qui a pour nom l’ultralibéralisme et je vous comprends. Comme vous, je pourfends cette unification mondiale au nom de la modernité, donc, du capitalisme et du libéralisme. « Le néolibéral mondial a violenté l’Afrique, l’Asie, la Russie et l’Amérique latine et, après ça, il vient parler de tolérance. Menterie et hypocrisie ». « Pourtant l’impression que laisse la lecture du livre (Une semaine en décembre de Sebastian Faulks), c’est que rien ne différencie ces gens de nous autres, pas un cheveu ! Les mêmes soucis, la même absurdité, la même fuite dans les échanges virtuels, la même peur –si ce n’est plus- de perdre son travail ». La période stalinienne n’est pas non plus votre tasse de thé russe. Vous voudriez une société qui ne laisse pas ses vieux sur le bord de la route à mendier pour manger,

Sans faire de bruit, je vais passer sur le garçon de café français pour parler d’un sujet qui vous fâche (encore un !), les maisons de retraite. Et oui, cher Monsieur, en ville les appartements sont plus petits, les enfants travaillent, sont devenus citadins, ont besoin de leur liberté… Oui, oui je sais « les maisons pour personnes âgées sont une réalisation bien connue des pays dits civilisés. Dans les sociétés traditionnelles, autrement dit, la société attardée, elles sont bien plus rares. Jusqu’à des temps récents, nous étions manifestement une société attardée. »

Un de nos chanteurs français, que j’aime beaucoup, Jean Ferrat a chanté cette désertification des campagnes. Cela remonte aux années 60 ! « Les jeunes veulent aller au bal, il n’y a rien de plus normal que de vouloir vivre sa vie ».

Vous rouspétez après la sédentarisation des jeunes, l’obésité qui les gagne, l’oisiveté, les jeux en ligne… Contre la baisse de la natalité, contre les femmes qui travaillent, contre l’avortement…

Dites, Monsieur Prilepine, seriez-vous contre le travail des femmes ? Il me semble me rappeler que, du temps de l’URSS, les femmes travaillaient déjà. Lors d’un voyage, tiens, juste au moment de l’explosion nucléaire de Tchernobyl, mon mari et moi avions sympathisé avec notre guide (qui ne s’appelait pas Nathalie !). Elle travaillait, était divorcée (mari ingénieur, mais violent et alcoolique) donc, ce n’est pas nouveau !

Seriez-vous contre l’avortement ? « En Russie, soit dit en passant, on procède à un million deux cent mille avortements par an. Il est clair qu’une partie d’entre eux répond à des considérations médicales, mais ce n’est pas la majorité, et de loin… Il n’existe donc pas d’autres méthodes de contraception ? C’est quoi cet avortarium que nous avons créé ici ? Et votre argument massue « Etes-vous convaincu que vous-mêmes étiez désirés ? Peut-être que vous non plus, il n’aurait pas fallu vous mettre au monde ? » Oui cher Zakhar, je ne fus pas une enfant désirée et je l’ai entendu souvent, trop souvent dans mon enfance pour que cela ne laisse pas de trace.

Vous reprochez à l’homme russe son manque de grandeur, d’ambition : « L’homme n’a plus très envie d’aller dans le cosmos. Même se reproduire ne figure pas vraiment à son programmer. » Vous regrettez son narcissisme : « l’homme russe est tenu d’être beau, pas d’avoir l’air d’une femme américaine. », de se ramollir, de trop manger, de trop penser à lui et pas assez à la collectivité, « Nos désirs pèsent aujourd’hui plus lourd que ne pesaient jadis des villages entiers avec tous leurs habitants. » Vous réglez vos comptes avec les media, surtout le contenu de la nouvelle télévision russe (vous savez, l’uniformatisation nous a permis de voir de « très beaux » programmes de téléréalité !). Un dirigeant de TF1, une chaîne populaire française disait « Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible ». Fallait le dire !!

Vous fustigez votre « classe créative », (dénomination qui recouvre les couches moyennes éduquées se réclamant du néolibéralisme dit la note de Monique Zoldian) nous avons nos bobos. Ce sont les mêmes ou peu s’en faut.

Ce que j’ai aimé plus particulièrement chez vous ? Le soin et l’amour que vous portez à votre famille « Chaque famille nombreuse se sent comme konioukhov au milieu de l’océan. Le bonheur dans les cœurs et tout autour, les éléments déchaînés ». Je suis d’accord avec vous lorsque vous écrivez : « Celui qui a eu une enfance véritablement heureuse… a été immunisé contre le malheur pour la vie entière. J’en suis convaincu. »

Oui, Zakhar Prilepine, je ne suis pas toujours d’accord avec vous, mais vous m’avez ouvert une fenêtre sur votre pays, la Russie. Je comprends que si vous râlez ainsi c’est de voir votre grand pays partir à vau-l’eau. Ce que j’ai aimé dans ce livre ? C’est que vous êtes un homme debout. Au fait, de gauche, oui « Etre de gauche est juste. Etre de gauche signifie être libre et audacieux. Talentueux, ouvert et sûr de soi » ; jeune, certainement puisque non résigné ; méchant, non, plutôt virulent, ironique, mordant, désireux de voir la Russie prendre une autre direction et s’occuper de son peuple.

Autant le livre de Sergueï Chargounov."Une autre idée de la Russie" fut comme un verre de bon bordeaux (j'adore) gouleyant qui laisse un très bel arrière-goût ; autant « De gauche, jeune et méchant » ressemble plus à un verre de gnole qui râpe, mais ne s’oublie pas.

Sur mes étagères m’attend « Le singe noir ». J’espère y prendre autant de plaisir.

Lire l'avis d'yves

Ce n’est pas seulement parce que le monde est étonnant et par endroits splendide que les voyages sont utiles.

Si tu as les yeux grands ouverts, ils t’aident à te défaire de beaucoup d’illusions

Que le libéralisme se soit installé dans quinze pays et pas dans cent cinquante est considéré comme un détail insignifiant.

Les employés de bureau ont besoin de manger du papier, le gouvernement de se nourrir de la conscience du pouvoir, les députés, de s’entredévorer.

Si le mot « tolérance » n’a jamais existé en Russie, cela ne signifie pas qu’il nous ait manqué.

L’homme russe peut se montrer impitoyable mais, au bout du compte, ce qui le sauve et le disculpe en partie, c’est qu’avant tout, il se fiche complètement de lui-même.

J’ai passé le tiers de ma vie dans les salles de sport : le genre poulet à rôtir avec des roustons qui contemple ses fesses dans la glace me donne la nausée !

Si nous surmontons cette dolence et remplaçons l’élite nouvellement apparue par celle qui a toujours été et qui a ici sa place, nous éviterons la violence.

Commenter cet article

Mélo 26/09/2015 19:43

J'aime ce titre mais ce n'est pas un livre pour moi

zazy 26/09/2015 20:40

Il n'y a rien de catastrophique dans ce livre. Ce sont les chronique de Prilepine

Bernieshoot 24/09/2015 18:42

c'est un livre qui donne à réfléchir avec de la vodka pour méditer

zazy 24/09/2015 20:59

Mais prends de la bonne !

Alex-Mot-à-Mots 23/09/2015 09:15

Attention à l'abus d'alcool !

zazy 23/09/2015 19:40

de vodka surtout

Aifelle 23/09/2015 07:19

Déjà repéré chez Yv ces jours-ci, c'est visiblement un auteur à découvrir.

zazy 23/09/2015 19:40

Oui, il a publié son commentaire juste avant moi. Nous avons à peu près la même idée de ce livre

Lydia 22/09/2015 18:25

Eh ben, quelle critique ! J'aime beaucoup !

zazy 22/09/2015 22:22

Je n'ai pas pu faire plus court