Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Laura Alcoba - Le bleu des abeilles

14 Août 2015, 21:14pm

Publié par zazy

Le bleu des abeilles

Laura Alcoba

Editions Gallimard

128 pages

Août 2013

ISBN : 9782070142149

 

 

4ème de couverture :

La narratrice a une dizaine d’années lorsqu’elle parvient à quitter l’Argentine pour rejoindre sa mère, opposante à la dictature réfugiée en France. Son père est en prison à La Plata. Elle s’attend à découvrir Paris, la tour Eiffel et les quais de Seine qui égayaient ses cours de français. Mais Le Blanc-Mesnil, où elle atterrit, ressemble assez peu à l’image qu’elle s’était faite de son pays d’accueil.
Comme dans son premier livre, Manèges, Laura Alcoba décrit une réalité très dure avec le regard et la voix d’une enfant éblouie. La vie d’écolière, la découverte de la neige, la correspondance avec le père emprisonné, l’existence quotidienne dans la banlieue, l’apprentissage émerveillé de la langue française forment une chronique acidulée, joyeuse, profondément touchante.

==============

J’ai eu le plaisir de rencontrer Laura Alcoba au « Salon des dames » de Nevers. J’ai trouvé une personne charmante, souriante qui m’a gentiment dédicacé « Manèges » que j’ai voulu lire avant celui-ci pour suivre l’ordre chronologique.

Dans cet opus, la narratrice arrive en France, retrouver sa mère. En vue de cet exil, la petite fille a suivi des cours de français. Elle rêvait Paris et se retrouve en banlieue. Elle rêvait d’un tête-à-tête avec sa mère et la voici avec une colocataire en plus. Elle pensait maîtriser peu près le français, la voici en face de difficultés.

La voici mise dans le bain. Inscrite à l’école de la république, elle découvre la vie d’immigrée, qui n’est pas une sinécure ; accent, langage, cohabitation, la crainte de la différence, la peur d’être montrée du doigt. Par ailleurs, c’est une plongée dans les années 70 avec ce fameux papier peint « pop’art » qui tapisse les murs de l’appartement, les débats télévisés avec Georges Marchais, les meubles et bibelots suédois…

J’ai beaucoup aimé le passage concernant le e muet. Chose évidente pour nous, mais qui, pour Laura relève du mystère « une voyelle qui est là et qui se tait, ça alors ! ». Il y a « Magnolia for ever » et la tristesse de Nadine lorsqu’elle a compris que Laura est arrivée après la mort de son idole «Ses yeux semblaient une nouvelle fois humides, mais ce qui a rendait triste désormais, c’est que j’aie pu rater cette époque-là, le temps où Claude François était de ce monde. Que je sois venue après, trop tard. »

L’intégration prend des chemins de traverse ou, ici, de montagne. Imaginez Laura goûtant pour la première fois du Reblochon. Un très bon moment que je visualisais en souriant.

Avec une écriture très légère, pleine de pudeur, de délicatesse et d’humour Laura Alcoba parle de l’exil et de ses difficultés, et tout est dit. Ne nous y trompons pas, il y a toujours, en arrière-fond, l’absence du père, le lien qui les unit grâce aux lettres qu’ils s’écrivent, la prison, la difficulté de lui envoyer cette 5ème photo, qu’il voudrait punaiser sur le mur de sa cellule. La construction du livre permet une lecture ludique. Chaque chapitre est comme une saynète, un épisode du film de la vie de Laura.

Un livre aussi délicat que son auteur

Ce qui est bien avec les lettres, c’est qu’on peut tourner les choses comme on veut sans mentir pour autant. Choisir autour de soi, faire en sorte que sur le papier tout soit plus joli.

Car, de même qu’il n’a le droit de lire qu’en espagnol, mon père n’a pas le droit d’écrire dans une autre langue, pas même un mot. Pour moi, c’est la même chose, quand je lui envoie des lettres, je n’ai pas le droit d’y glisser ne serait-ce qu’un tout petit bout de français.

C’est que ma mère ne jure que par l’immersion. Elle attend de moi que je réussisse cette histoire de bain linguistique, que je me débrouille le plus vite possible. Elle serait très déçue du contraire, et moi aussi. Je crois même que je trouverais cela humiliant après tout ce qu’elle m’a dit à propos de l’importance de réussir ce premier bain français.

Commenter cet article

sous les galets 21/08/2015 07:36

Il avait été reçu discrètement mais avec bienveillance à sa sortie, je crois même qu'un blogueur l'avait pépité, il est noté car j'aime les histoires sur l'exil et le chemin de l'intégration...il doit être sorti en poche.
(très belle dernière phrase dans ton billet)

zazy 22/08/2015 18:55

Et oui, le problème des lives achetés qui sommeillent sur nos étagères !!

zazy 22/08/2015 18:55

Ce n'est pas un gros cube mais une jolie dentelle de souvenirs

Lydia 19/08/2015 18:42

Je note la référence !

zazy 19/08/2015 20:59

Un très bel auteur pour moi

Valérie 18/08/2015 12:18

Je ne connais cette femme que comme traductrice et elle est très compétente.

zazy 18/08/2015 18:02

Un auteur que j'aime lire et une belle personne me semble-t-il

jerome 17/08/2015 13:28

J'ai beaucoup aimé manège (grâce à toi ;) ), je retrouverai bien la narratrice pour ses premiers pas en France.

zazy 17/08/2015 15:20

C'est un livre que j'ai emprunté à la bibliothèque !!

Aifelle 15/08/2015 17:33

Voilà qui est intéressant et il est à la bibliothèque.

zazy 15/08/2015 21:51

Cours y vite !