Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Yak Rivais - Aventures du Général Francoquin au pays des Frères Cyclopus

10 Juillet 2015, 15:30pm

Publié par zazy

 

Aventures du Général Francoquin au pays des Frères Cyclopus

Yak Rivais

Editions Le Tripode

Février 2015

600 pages

ISBN : 9782370550408

 

4ème de couverture :

Après d’âpres combats, les frères Cyclopus ont fait triompher la révolution dans leur pays. Mais ils sont sous la menace de l’État voisin, qui rêve de faire main basse sur les ressources du territoire ravagé. Le général dom Franquin, accompagné de sa femme, de sa fille Chou-Baby, de sa maîtresse Filasse, du colonel Saint-Eustache et d’une bande d’hommes de main aux ordres du tueur N’a-qu’un-OEil, est envoyé sur place afin d’engager l’entourloupe. L’affaire semble réglée, tant l’homme paraît discipliné, imbécile même, peu dangereux pour ses employeurs. Un périple de 7 jours sur les terres des frères Cyclopus bousculera les données, et vaudra au général son nom de gloire : Francoquin.

En 1967, Yak Rivais faisait irruption dans la littérature française avec ce roman picaresque hors normes. Soutenu par Simone de Beauvoir, publié par Raymond Queneau chez Gallimard, il provoque la stupeur et l’enthousiasme des critiques littéraires de l’époque. Depuis, le livre avait été en partie oublié, quand bien même des auteurs contemporains comme Franz Bartelt avouent « rester sur le cul » à sa lecture.

L’auteur (site de l’éditeur) :

Né en 1939, Yak Rivais se fait d’abord connaître dans les années 60 par ses romans. Apprécié par la critique, il voit le cycle Francoquin occulté par une diffusion confuse et le succès de ses œuvres pour la jeunesse.

==============

Comment parler d’un tel livre sans l’amoindrir, sans l’affadir ?

J’ai eu entre mes mains une épopée burlesque, cocasse, ubuesque. Chaque page sa découverte langagière, chaque page son éclat de rire… Ce roman est un roman d’amour-aventures-politique. Oui chers amis, c’est comme à la Samaritaine (Paix à son âme !) on y trouve de tout et du bon, du superbe.

La trame est simple : Le Général Franquin est mandé par son père, sous les ordres de l’empereur d’aller au pays des Cyclopus mettre un peu d’ordre, enfin, leur ordre bien entendu, et faire cesser les petites guéguerres-révolutionnantes et, aussi, faire main-basse sur les ressources. Il part donc avec femme et maîtresse (Filasse de son surnom), accompagné d’hommes de main et, bien sûr, de félons. Tout devrait se dérouler selon les bons plans des « décideurs » ? Oui, mais voilà… les ennemis, les frères Cyclopus Cyclopus Hyn, Catt-bis et Fédor Yahspoutine, Cyclopus Hyn, Catt-bis et Fédor Yahspoutine et l'Armée Populaire de Libération ne sont peut-être pas les ennemis sanguinaires que les autres pensent.

De ce postulat tout simple, Yak Rivais réussit le tour de force d’avoir au minimum une trouvaille, une pépite à chaque page. Tous les personnages, toutes les situations sont prétextes à des réflexions quelques fois philosophiquement sérieuses mais qui ne se prennent, surtout pas, au sérieux.

Ça fornique à tout va, maîtresses, amants, même le jésuite est de la partie (c’est le cas de l’écrire !). Mais non ce n’est pas un livre licencieux. Yak Rivais fait crépiter les mots, les émancipent, joue avec et nous offre un feu d’artifice extraordinaire où les réparties fusent sans parcimonie, mais avec originalité et talent. Vocabulaire revisité, emploi hilarant du subjonctif et du passé simple, jeux de mots, approximation rigolote. Vous savez comme le marde d’Ubu.

Bref, un livre à lire. Satire avant tout, Yak Rivais se moque, avec beaucoup de plaisir, de l’armée, de l’église, des gouvernants et ce, sans aucune vergogne.

Un livre salutaire.

 

Commenter cet article

jerome 11/07/2015 08:59

600 pages de burlesque, cocasse, ubuesque, je ne sais pas si je tiendrais. N'empêche que j'aime beaucoup cet auteur qui a, entre autres, beaucoup œuvré pour faire comprendre et aimer la grammaire aux enfants de façon très ludique.

zazy 14/07/2015 14:52

Je l'ai découvert et je vais me pencher sur ce côté-là de son écriture