Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Marie-Hélène Lafon - Joseph

3 Mars 2015, 22:39pm

Publié par zazy

 

Joseph

Marie-Hélène Lafon

Editions Buchet-Chastel

Août 2014

144 pages

ISBN : 9782283026441

 

4ème de couverture :

Joseph est un doux. Joseph n’est pas triste, du tout. Joseph existe par son corps, par ses gestes, par son regard ; il est témoin, il est un regardeur, et peut-être un voyeur de la vie des autres, surtout après la boisson, après les cures. Il reste au bord, il s’abstient, il pense des choses à l’abri de sa peau tranquille, on ne le débusquera pas.

Joseph est ouvrier agricole, dans une ferme du Cantal. C’est aussi le nouveau roman de Marie-Hélène Lagon, après l’Annonce (2009) et Les Pays (2012)

=========

Le Joseph est un gars simple. Attention, ce n’est pas le simplet du village, non, loin de là, il parle un français châtié. Cet homme est la correction même. Joseph est ouvrier agricole. Son frère jumeau, Michel, comme l’a dit le père, a tout pris. Michel travaillait bien à l’école alors que Joseph ne savait que compter. Joseph a eu une vie difficile et son jumeau Michel s’est rallié aux autres pour l’abaisser. D’ailleurs Michel, parti loin de chez eux a même emmené la mère suite au décès du père. Il ne reste rien à Joseph. Il est seul.

Joseph, un ouvrier agricole comme j’en ai connu. Un gars qui vit avec ses patrons tout en restant à sa place. Un gars d’un autre monde, d’une autre époque. N’ayant pas de chez lui, dès la retraite, il ira dans une maison de retraite à Riom rejoindre la cohorte des comme lui. D’ailleurs le patron, en riant, lui disait qu’il gagnerait plus qu’eux, les patrons, à la retraite. Le fils va prendre la succession du père et veut travailler seul, pas besoin d’ouvriers, trop cher, pas rentable. Le machinisme, c’est l’avenir.

Joseph est un taiseux. Il regarde, il observe, il enregistre, mais ne dit rien, sauf à nous les lecteurs. Il est à son aise à la ferme. Pas besoin de lui donner des ordres, il sait ce qu’il doit faire et le fait bien. Comme une plante fragile, il s’étiole hors les murs. Il soliloque beaucoup en travaillant, cela lui permet de ne pas laisser certaines pensées revenir et puis, il aime à se souvenir. D’ailleurs la patronne, Joseph l’aime bien. Il ne dit rien mais l’observe et sait lorsqu’elle est contrariée. Grâce à elle, il a remonté le fil de sa vie, ne boit plus, se tient propre. Il aime les préparer les arrosoirs avec lesquels elle arrosera ses fleurs. Oui, c’est une bonne patronne pour lui.

Joseph, un livre où le ton est juste. Je ne peux m’empêcher de penser à Raymond Depardon. Marie-Hélène Lafon parle d’un monde paysan qui disparait. Maintenant, ce sont des agriculteurs et ils doivent augmenter, augmenter, terre et cheptel pour espérer s’en sortir. Ce nouveau monde nous « offre » la ferme des 1000 vaches, ou l’industrialisation de la ferme.

« Joseph ne laisse pas de traces et ne fait pas de bruit ». Cette phrase définit très bien ce taiseux greffé dans la vie des autres.

Commenter cet article

Sandrine 08/03/2015 17:29

Ce titre, et cette auteur en général, ne me tentent vraiment pas du tout (suis une indécrottable citadine, même si aujourd'hui j'habite un village de 17 000 habitants...)

zazy 08/03/2015 22:38

Attention, ce n'est pas un roman "régionaliste". L'auteur penche plus du côté Depardon.
Cela me fait drôle lorsque tu parles d'un village de 17 000 habitants ! pour moi, c'est une ville. Dans mon village il y a quelques 233 âmes !!!

Philisine Cave 06/03/2015 19:42

Tours pas lue !Oui, je sais, ce n'est pas bien. J'ai fini Amours !

zazy 07/03/2015 11:38

Non, ce n'est pas bien !! mais on ne peut pas tout lire

Léa Touch Book 05/03/2015 09:37

J'aime bien cette auteure et ce livre pourrait beaucoup me plaire :)

clara 05/03/2015 07:43

j'aime beaucoup cette auteure ! elle parle du monde paysans avec amour , respect et en le décrivant tel qu'il est..

zazy 05/03/2015 10:45

Elle aime son pays et elle sait nous faire aimer les habitants

Louise 05/03/2015 00:05

J'ai pensé aussi à Depardon. Mais je n'ai pas beaucoup apprécié cette lecture. Ce qu'elle dit ne correspond pas à l'époque.

zazy 05/03/2015 02:32

Habitant à la campagne, je connais un peu la vie rurale. J'ai connu des ouvriers agricoles, dont un certain Kiki (je n'ai jamais connu son vrai prénom) qui menait bien cette vie. Je peux confirmer que ce qu'elle dit est vraisemblable.