Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Jean Rolin - Les Evènements

27 Février 2015, 23:41pm

Publié par zazy

 

Les évènements

Jean Rolin

Editions P.O.L.

janvier 2015

208 pages

ISBN : 9782818021750

 

4ème de couverture :

C’était un des petits plaisirs ménagés par la guerre, à sa périphérie, que de pouvoir emprunter le boulevard de Sébastopol pied au plancher, à contresens et sur toute sa longueur. En dépit de la vitesse élevée que je parvins à maintenir sans interruption, entre les parages de la gare de l'Est et la place du Châtelet, j’entendais éclater ou crisser sous mes pneus tous les menus débris que les combats avaient éparpillés : verre brisé, matériaux de construction hachés en petits morceaux, branchettes de platane, boîtes de bière ou étuis de munitions.

Ici et là se voyaient également quelques voitures détruites, parmi d'autres dégâts plus massifs. Sur le terre-plein central de la place du Châtelet, à côté de la fontaine, des militaires en treillis, mais désarmés, en application des clauses du cessez-le-feu, montaient la garde, ou plutôt allaient et venaient, autour de l'épave calcinée d'un véhicule blindé de transport de troupes

==================

La France est en guerre, la plus cruelle, la plus sale, la guerre civile. On ne saura rien des tenants de ces « évènements ». La FINUF (Force d’Interposition des Nations Unies en France) est, théoriquement, garante de quoi, je n’en sais fichtrement rien. Les finlandais et Ghanéens qui la composent s’en moquent royalement et font un léger trafic (faut bien passer le temps). Qui sont les belligérants ? Plusieurs factions de l’ultra droite à la gauche révolutionnaire en passant par les salafistes.

Le narrateur, on ne saura rien de plus sur lui, ni pourquoi il se trouve dans cette galère. Il tient une sorte de journal tout au long de la route qui le conduit jusque dans le sud.

« C'était un des petits plaisirs ménagés par la guerre, à sa périphérie, que de pouvoir emprunter le boulevard de Sébastopol pied au plancher, à contresens et sur toute sa longueur. Ainsi débute le voyage du narrateur au volant d’une Toyota en bout de course, muni de sauf-conduits idoines. Ce pourrait être déchirant, dur, cruel. Non, Jean Rolin manie l’ironie, la mélancolie, le rêve désenchanté. L’itinéraire, les paysages sont prépondérants dans ce livre avec une précision de carte routière ou de guide du routard. Les villes et villages sont déserts si l’on excepte les différentes milices. Un voyage du nord vers le sud par les petites départementales et de l’hiver vers l’été.

Le narrateur restera toujours à la périphérie de la guerre, pardon, des évènements. Pourtant, ce conflit en arrière-plan est omniprésent et je n’ai pu m’empêcher de penser à ce qui s’est passée en Yougoslavie ou, plus lointain, en Algérie.

Le narrateur raconte son odyssée avec, de temps à autre, les commentaires d’une tierce personne qui replace dans son présent les évènements. Le récit tient plus du relevé toponymique des paysages, des villes et lieux-dits traversés que du récit de guerre. Aucun affect, rien qui ressort d’un sentiment quelconque. L’humain, hormis les belligérants en arrière-plan, est absent. Un livre très étrange où j’ai retrouvé la petite musique de Jean Rolin, ce décalage entre l’horreur des évènements et la permanence des paysages traversés où tout semble tranquille, les oiseaux chantent, l’Allier coule, seuls les villages traversés sont déserts.

Par contre, Port de Bouc, citadelle aux noms de rues fleurant bon le communisme d’après-guerre, est très agitée. Là, nous assistons aux combats entre milices d’extrême-gauche (temporairement unies) et Al Quaïda dans les Bouches-du-Rhône islamiques (AQBRI). La guerre existe vraiment dans cette poche.

Un livre très étrange qui peut désemparer, voire plus, comme ma Comète. Cette distanciation, ce grand écart entre l’horreur que sous-tend une guerre civile et l’apparente tranquillité et le détachement du narrateur désoriente. L’absurde, la neutralité, le décalage, l’ironie, le désenchantement sont la marque de fabrique de Jean Rolin. On aime ou on n’aime pas. Moi, j’aime son écriture et son style.

Déjà lu : Chrétiens, Chemins d’eau, Ormuz

Merci ma Comète !

Commenter cet article

keisha 20/03/2015 17:38

Je viens de chez kathel, ai vu ton appel ^_^, suis allée lire chez comète et ici. Hé bé.
De toute façon je compte me faire une idée; Cela se passe à un moment dans la ville de S., que je connais...
Je constate que c'est un de tes auteurs favoris, dis donc!

zazy 20/03/2015 18:23

Oui, j'aime son univers

Léa Touch Book 05/03/2015 17:25

J'ai bien aimé ce livre malgré son caractère très étrange ^^

zazy 05/03/2015 18:42

Oui, c'est un livre étrange à la mode Rolin

jerome 02/03/2015 13:14

Je n'ai jamais lu Rolin mais je ne commencerais pas par celui-là.

zazy 02/03/2015 13:27

Tu as peut-être raison. J'ai commencé par Chrétiens

Alex-Mot-à-Mots 01/03/2015 17:58

Je ne me rappelle pas avoir lu un roman de cet auteur. Il va falloir que je répare cette erreur.

zazy 01/03/2015 18:02

Oui !

Une Comete 01/03/2015 10:45

De rien... :) mon dieu tu y as vu tant de choses là où je n'ai trouvé qu'ennui mortel...

zazy 01/03/2015 15:59

Plus je pense à ce livre, plus je vois d'autres choses. J'apprécie beaucoup la plume de Jean Rolin