Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Luigi Carletti - Prison avec piscine

3 Janvier 2015, 19:49pm

Publié par zazy

Prison avec piscine

Luigi Carletti

Edition Liana Levy

Traduit de l’italien par Marianne Faurobert

Mai 2012

256 pages

ISBN : 9782867465994

 

4ème de couverture :

Une piscine tranquille, au cœur d'une sage résidence romaine. Une piscine vers laquelle convergent tous les regards, parfois indiscrets. Une piscine où Filippo consent à descendre de temps à autre sur son fauteuil roulant, accompagné de "l'Indispensable", le fidèle Péruvien au service de sa famille depuis des lustres. Villa Magnolia est semblable à un petit bourg, tout le monde s'y connaît... Mais lors d'une chaude matinée d'été, survient un inconnu, un nouveau locataire. Au bord du bassin, l'homme exhibe son dos traversé par trois horribles cicatrices. Quelques jours plus tard il intervient manu militari pour défendre une résidente agressée par deux voyous que l'on retrouvera par la suite carbonisés dans leur voiture... Mais qui est cet énigmatique individu? Et pourquoi devient-il peu à peu nécessaire à tous? Avec ce roman brillant, Luigi Carletti nous entraîne dans une comédie à l'italienne qui flirte avec le polar.

==========

Il y a toute sorte de prison, celles où l’on s’enferme soi-même et l’autre, comme punition. Quoique, à bien y penser s’enfermer soi-même équivaut à une autopunition. Mais laissons-là ces digressions pour passer au livre.

La 4ème de couverture résume ce livre, aussi mettrai-je plus l’accent sur de huis clos jusqu’alors paisible transformé en un maelstrom (n’ayons pas peur des mots) où tout un chacun succombe aux charmes ravageusement dangereux de ce prisonnier très spécial. Les deux hommes, Luigi et Lui, vont s’affronter, trouver et exploser les limites de l’autre comme deux lions en cage. La parodie n’est jamais très loin, nous sommes en Italie !

 

Une lecture agréable pour les soirées estivales, mais nous sommes en hiver, je l’ai donc lu d’une traite sous la couette. Comme Rodolfo, je me suis évadée, même si le tragi-comique a trop pris le dessus. Il manque, à ce livre, un petit quelque chose, je suis restée au bord de la piscine (pas grave au vu des températures extérieures !).

 

Commenter cet article

jerome 05/01/2015 13:54

Dommage s'il lui manque un petit quelque chose, j'aime beaucoup la littérature italienne d'habitude.

zazy 05/01/2015 14:07

Essaie, peut-être cette lecture a-t-elle patie de mes autres lectures beaucoup plus profondes.

Aifelle 05/01/2015 06:55

S'il t'a manqué quelque chose je passe ... trop de romans notés déjà ces temps-ci.

zazy 05/01/2015 14:05

Un livre de vacances