Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Jo Baker - Une saison à Longbourn

25 Mai 2014, 21:09pm

Publié par zazy

 

Une saison à Longbourn

Jo Baker

Traduction : Sophie Hanna

Editions Stock

Collection : La Cosmopolite

396 pages

ISBN : 9782234075597

 

 

4ème de couverture :

Sur le domaine de Longbourn, vivent Mr et Mrs Bennet et leurs vénérables filles, en âge de se marier.
À l’étage inférieur veillent les domestiques. Personnages fantomatiques dans le célèbre roman de Jane Austen, Orgueil et préjugés, ils deviennent ici des êtres de chair et de sang qui, du matin au soir, astiquent, frottent, pétrissent et vivent au rythme des exigences et des aventures de leurs bien-aimés patrons. Mais ce que les domestiques font dans la cuisine, sans être observés, pendant qu’Elizabeth et Darcy tombent amoureux à l’étage, relève d’eux seuls… Une histoire d’amour peut en cacher une autre, et qui sait quel secret enfoui risque de ressurgir.

============

Longbourn, cela ne vous rappelle pas quelque chose ?? Le beau Darcy ??? La famille Bennett et ses filles ?? Ça y est : Orgueil et préjugés de Jane Austen. Que vous l’ayez lu ou vu au cinéma, les souvenirs sont là.

Jo Baker nous emmène dans les coulisses de cette maison bruyante. Là où vivent les domestiques, dans la cuisine, les soupentes, l’étable, la porcherie… afin, là où tout se passe pour que ces Messieurs et Dames vivent sans se soucier de rien d‘autre que de leurs tenues de bal,  arranger des mariages,  s’amuser… bref, de vivre comme des gens de la bonne société anglaise fin XVIIIe, début XIXe.

N’ayez crainte, ce n’est pas du sous-Zola. Jo Baker ne donne pas dans le misérabilisme. La dureté du travail y est romancée !! Je suis un peu dure en écrivant cela, mais…. On découvre, si on ne le savait déjà, qu’il y a un fossé entre maîtres et servants, que même si il y a quelques familiarités, ce ne sont que des ombres dont ils attendent un dévouement sans faille et dont ils ne savent rien et ne veulent rien savoir, l’adage « on ne mélange pas les torchons et les serviettes » se vérifie encore.

Mrs et Mr Hill, Sarah, Polly, puis James, dont l’arrivée boulverse tout, mènent une vie de dur labeur de l’aube à la nuit. L’amour que porte le couple à ses deux « filles » ressemble à s’y méprendre à un amour maternel qui ne dit pas son nom. C’est une cellule familiale dans la grande ruche.

Je me pose quelques questions lorsqu’USA Today écrit : « C’est un roman audacieux, subversif là où l’on ne s’y attend pas, et brillant à chaque ligne. Un détournement magistral d’un classique. » Rien que ça !! Je n’ai pas trouvé le subversif ni l’audace, si ce n’est que d’avoir pris la trame d’Orgueil et préjugés pour écrire son livre. D’ailleurs, j’ai nettement préféré la partie où elle se détache de cette trame pour nous parler du passé de Mrs Hill, de la guerre en Espagne où a combattu James.

Un livre que j’ouvrais avec plaisir, une lecture agréable qui a certainement pâtie de 2 précédentes lectures : Chems Palace et des mille et une façons de quitter la Moldavie. L’écriture de Jo Baker est charmante et légère, peut-être trop légère. J’aurais aimé beaucoup plus de profondeurs, plus de corps. Vous me direz que le livre de Jane Austen est, lui aussi, léger.

Je remercie Libfly, qui, dans le cadre de son « désherbage de printemps » m’a permis cette lecture. J'ai aimé la couverture de ce livre, la tasse et la théière étaient des invites plaisantes

D’autres avis : Clara - Jostein - Carnet de lecture - sur Libfly

 

 

Commenter cet article

sous les galets 28/05/2014 06:49

je crois que ce livre a été sur presque tous les blogs (SP oblige) et tu es l'une des seules à ne pas être complètement euphorique (c'est rassurant quand même). Je suis en plein dans la lecture d'Orgueil et préjugés et peut-être lirai-je celui-ci après ...j'ai bien dit peut-être

zazy 28/05/2014 10:42

Jostein non plus n'est pas totalement euphorique. Il faut reconnaître que cela se laisse lire

Aifelle 26/05/2014 14:00

Ce n'est pas un roman pour moi, je n'aime pas trop le tripatouillage à partir de romans célèbres ;-)

zazy 26/05/2014 14:02

Ce n'est pas du tripatouillage d'un roman existant, mais d'un support dont l'auteur s'éloigne très facilement

Alex-Mot-à-Mots 26/05/2014 13:16

Une lecture en demi-teinte, alors.

zazy 26/05/2014 14:01

oui