Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Jean-Philippe Toussaint - Monsieur

26 Mars 2014, 12:15pm

Publié par zazy

Monsieur

Jean-Philippe Toussaint

Les Editions de Minuit

111 pages

1986

ISBN : 9782707310965

 

Résumé de l’éditeur :

 

Monsieur, qui ne voulait pas d'histoires, n'aimait pas tellement raconter ce qu'il faisait. Il faisait de son mieux, en général et, après réflexion, parvenait à trouver une solution, élégante parfois, souvent mathématique, pour chaque difficulté de la vie – héler un taxi, par exemple – qui se présentait à lui au jour le jour. La nuit, dans son esprit, tout paraissait plus simple encore.

===========

Le génie de Jean-Philippe Toussaint ? Arriver à faire un livre où il ne se passe rien, pardon, si à la fin il y a UN évènement ! Et que ce soit un grand bonheur que de le lire.

Monsieur, oui, le « héros » du livre n’est pas nommé autrement. Monsieur parle de lui à la 3ème personne, drôle de construction. Monsieur est bonhomme, monsieur est placide (non ce n’est pas son prénom), Monsieur fait l’éloge de la lenteur. En lisant ce livre, j’avais l’impression de voir se mouvoir un paresseux.

Donc Monsieur est nommé directeur commercial chez Fiat-France, prend possession de son bureau. Monsieur vit chez les parents de sa fiancée “ Monsieur, comme Paul Guth, le gendre idéal ” qui est devenue son ex, mais il ne sait pas comment “ Il avait assez mal suivi l'affaire, se souvenant seulement que le nombre de choses qui lui avaient été reprochées était considérable ”. Il déménage donc pour se retrouver empêtrer de son voisin qui lui saute dessus pour dactylographier sa thèse sur les minéraux… et c’est l’engrenage. Mais, il ne résiste pas. La force d’inertie et lui c’est la même chose. Il a bien une velléité de déménager, mais les inconvénients lui paraissent plus importants qu’auparavant et, il n’aime pas trop les changements brusques et revient dans son appartement. De temps à autre, il arrive à sortir de sa torpeur à « s’énerver » et ainsi, gagner une partie de ping-pong lors d’un week-end très ennuyeux.

Une digression amusante sur l’interprétation de Copenhague. Ne me demandez pas de quoi il s’agit, c’est de la mécanique quantique. Un vrai cantique pour Monsieur qui, au lieu d’être derrière Ludovic, se trouve en bas de l’immeuble à le regarder.

Monsieur est comme un roseau qui plie mais ne rompt pas, comme une feuille dans un cours d’eau qui suit les mouvements du courant jusqu’à l’arrêt salvateur d’un obstacle. « Monsieur, oui, en toutes choses, son mol acharnement ».

Monsieur, au cours d’une de ces soirées insipides et mortelles rencontrera une certaine Anna. La soirée au restaurant est superbe et le règlement de l’addition un petit bijou de l’Absurde.

Ainsi va la vie pour Monsieur qui est un jeu d’enfant.

J’ai retrouvé sur mes étagères (comme quoi le grand ménage de printemps après travaux sert !) Fuir du même Jean-Philippe Toussaint. Je me souviens d’une belle lecture. Je l’ai donc ressorti pour l’installer dans la pile à (re)lire.

Merci à YV qui, par ses commentaires élogieux, m’a fait me pencher sur cet auteur que je ne vais pas lâcher en si bon chemin. Je vous propose de faire comme moi. Cheminer en sa compagnie est une chose très agréable, divertissante, mais qui est prenante à force de placidité avec un humour discret. Jean-Philippe Toussaint me fait penser à Modiano dans sa façon d’installer une atmosphère.

 

Quelques extraits :

La fiancée de Monsieur, maintenant, depuis qu’elle fréquentait un certain Jean-Jacques, homme d’affaires d’âge mûr et marié, commençait à découcher de plus en plus souvent et, quand il lui arrivait encore de venir dîner à la maison, elle restait très froide avec Monsieur, presque distante.

Hugo jouait d’une manière très technique, souple et mobile, liftant, liftant, smashant –imparable. Furieux, Monsieur, un autre homme, le regard épouvantable, releva les jambes de son pantalon, puis enleva sa montre pour reprendre son souffle un instant. Quand, vers la fin de la partie, il parvient à endiguer certains de ses smashes pour finir par gagner quelques points d’affilée, Hugo lui concéda qu’il avait pu être assez bon au ping-pong dans ses plus belles années.

Peut-être que voyant Monsieur là, dans la ruelle, devant lui sur le trottoir, alors qu’il aurait dû être derrière lui, dans la chambre Ludovic, pris de vertige, se représenterait-il que Monsieur, qui ne pouvait évidemment s’accomplir qu’à l’état stationnaire, se déplaçait apparemment sans transition et que son énergie, comme celle de l'électron du reste, dans ces passes de bonneteau, hip hip, effectue des sauts discontinus à certains moments, sans qu'il soit possible de déterminer lesquels, car il n'y a pas de raison, selon l'interprétation de Copenhague, qu'il se produise à un moment donné plutôt qu'à un autre.

Finalement, proposant de couper la poire en deux, Monsieur, ne s'en sortant pas, suggéra de diviser l'addition en quatre et de payer lui-même trois parts (c'est le plus simple, dit-il, d'une assez grande élégance mathématique en tout cas)."

 

Commenter cet article

Aifelle 29/03/2014 03:09

C'est un auteur qui ne me tente pas du tout ; je n'ai même pas envie d'essayer.

zazy 29/03/2014 11:20

Il ne peut pas plaire à tout le monde, heureusement
Bon samedi

Alex-Mot-à-Mots 28/03/2014 13:27

Le titre me rappelle la chanson de Thomas Fersen qui porte le même titre.

zazy 28/03/2014 14:11

Je ne connais pas cette chanson, mais j'aime bien Fersen

jerome 27/03/2014 20:15

Je pourrais écrire le même commentaire que Liliba...

zazy 27/03/2014 21:01

Même réponse !!

telos 27/03/2014 18:02

je ne lis plus en ce moment..ça va revenir, je note, merci

zazy 27/03/2014 18:13

Une douce musique de mots

Yv 27/03/2014 15:12

Ravi que tu aies apprécié autant que moi. Les premiers romans de JP Toussaint sont drôles, joyeux et il ne s'y passe rien. Je viens à l'instant de finir le deuxième de sa série sur Marie (le quatrième est sorti en 2013), le plaisir de lecture est le même pour la langue, les phrases mais l'humour n'y est plus, c'est à la fois dommage et très bien, de voir une autre facette de l'écrivain qui me plaît toujours autant.

zazy 27/03/2014 15:13

Je vais continuer à la découvrir