Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

J. Heska - Un monde idéal où c'est la fin

26 Janvier 2014, 22:50pm

Publié par zazy

Un monde idéal où c’est la fin

J. Heska

Editions Seconde Chance

190 pages

2013

ISBN : 9781489504647

 

4ème de couverture :

Bienvenue dans un monde idéal ! Un monde idéal où la civilisation telle que nous la connaissons n’existe plus. Dérèglement du temps ? Avènement de la magie ? Crise climatique irréversible ? Épidémie mondiale de mort subite ? Extra-terrestres maladroits ? Invasion de poireaux découpeurs de cervelles ? Crise de déprime globale ? Robots hors de contrôle ? Zombies entreprenants ? Découvrez 100 histoires drôles, émouvantes, tragiques ou absurdes qui mènent à notre perte ! Mais c’est quoi Un monde idéal ? C’est une collection de livres reposant sur un concept tout simple qui a fait le succès du site Internet www.jheska.fr : des textes courts et percutants relatant des histoires basées sur des « et si » ?Un livre parfait pour un petit moment de détente égoïste, dans le bus, à la pause déjeuner, le soir avant de se coucher ou à la plage !

==========

J. Heska et les Editions Seconde Chance font voyager le livre. Je remercie Isabelle pour cet envoi et cette bizarrerie livresque. Maintenant, il part vers un ailleurs. J'avais eu le plaisir, par le même biais, de lire "On ne peut pas lutter contre le système" un thriller déjanté qui m'avais passionné.

 

Ici, tout commence normalement. Bon, OK, c’est de la Science Fiction, enfin pour ce qu’en j’en connais (qui est égal à zéro), mais rien d’alarmant. Attention à la note finale, une vraie chute de rochers sur la route qui écrase tout. Dans un monde idéal…

Cette antienne sera présente à chaque fin de chapitre, ou, si vous préférez, d’histoire. Car ce sont à chaque fois des histoires courtes, très courtes que nous offre J. Heska. La terre est plus qu’en danger, sabordée, détruite, envahie par nos voisins venus d’ailleurs (de très loin). L’humain est minoritaire ou n’existe plus remplacé par les robots, chats et autres êtres charmants. Si il y a des humains devenus très gentils avec leurs pyjamas roses, ils se font bouffer, détruire.

Chaque histoire a des raccords, volontaires ou pas, (j’opte pour la première alternative) avec notre actualité comme le chapitre « Un monde idéal où l’expérience de Milgram a servi à construire une meilleure humanité ». Il y est question d’euthanasie, mais elle est obligatoire, sinon… on vous étrangle. Là où cela devient cauchemardesque, c’est qu’il n’y a pas de remords…. Donc ils ne sont plus humains les humanoïdes de J. Heska.

Vous avez également « Un monde idéal où l’être humain est indestructible »…. Ça commence déjà ! Ailleurs, la mer arrive au Tibet. Un monde idéal où les objets inanimés se trouvent avoir une âme (plutôt violente !!)

La construction des historiettes (attention, ce n’est pas péjoratif sous mon clavier) commence normalement et bling ! à un moment, nous partons dans une autre dimension.

Il faut bien reconnaître que c’est de la faute de ces humains à la noix, égoïstes qui ont pourri puis détruit la terre où ils habitaient (mais non, ce n’est pas de nous dont il s’agit : nous sommes tous éco-responsables !) s’ils n’existent plus et si les autres ont envahi la terre.

Petit bémol, j’aurais aimé un fil rouge ; toujours ce besoin d’être rassurée, d’être tenue par quelque chose de tangible. Oh et puis, à bien y penser, ce n’est peut-être pas nécessaire. Par contre, il faut picorer par ci, picorer par là et ne pas lire le livre en une seule fois, pour garder un peu de fraîcheur ou de piquant.

Je ne saurais vous dire, si dans ces histoires, il y a des références au monde de la S.F. actuelle puisque je n’en lis pas. Les micro-histoires sont très bien structurées, le rythme est endiablé et, même si je connaissais le fin mot de l’histoire (Dans un monde idéal…),  je me suis laissée porter par l’écriture de J. Heska et, surtout, par son humour noir et destructeur.

Il est diabolique ce mec-là, m’étonnerait pas qu’il fasse partie de ces petits lutins rouges, ou alors c’est un robot, une amide, un gnome…. Enfin bref, il n’est plus dans notre dimension. Ce livre qui ne se prend pas au sérieux n’en n’est pas dénué et se joue de nos outrances.

JSK, j’ai passé de bons petits moments de lecture avec votre livre.

 

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 30/01/2014 21:43

J'avais bien aimé son précédent.

zazy 31/01/2014 17:27

e n'est pas du tout la même chose

sous les galets 27/01/2014 17:28

J'ai déjà du mal avec les formats courts, la SF, les nouvelles, les thèmes lourds poussés à l'absurde.... donc là vu ce que tu en dis, je vais passer mon tour

zazy 27/01/2014 17:35

Ce n'est pourtant pas lourd

jerome 27/01/2014 17:27

ça ne me tente pas spécialement mais le principe est intéressant. Et puis le titre interpelle !

zazy 27/01/2014 17:35

A tenter.

willycat 27/01/2014 17:00

très instructif

zazy 27/01/2014 17:35

Instructif, je ne sais pas, mais peu courant