Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Véronique Olmi - La nuit en vérité

2 Décembre 2013, 22:10pm

Publié par zazy

 

La nuit en vérité

Véronique Olmi

Editions Albin Michel

août 2013

320 pages

ISBN : 9782226249692

 

4ème de couverture :

« Et se regarder nu, face au miroir, jamais il ne le ferait, jamais il ne serait ce garçon qui en lui faisant face lui ferait honte. Enzo ne voulait pas être son ennemi. Il voulait aimer le jour, la nuit, la peur, Liouba, et lui-même si c’était possible. »

À travers la relation forte et fragile entre une mère trop jeune et un fils au seuil de l’adolescence qui vivent chacun à leur façon l’expérience de l’exclusion et de la détresse intérieure, Véronique Olmi renoue avec la tension narrative de Bord de mer, cette amplitude romanesque où la retenue, l’émotion et la brutalité forment une ronde parfaite.

==========

Comment parler d’un livre qui m’a mise mal à l’aise ?

Enzo est collégien, qu’il soit dans un collège huppé a certainement augmenté la prise de risque. Ce pauvre gamin cumule les ennuis ou plutôt, les causes d’ennui. Sans père, il s’appelle Enzo Popov, est obèse, mal dans sa peau avec un fort sentiment d’infériorité, une mère aimante mais trop et un peu infantile.

Pov’Enzo, pas de chance ! Il est le souffre-douleur de sa classe depuis le primaire. Comme tous ces enfants, il souffre en silence, sans en parler autour de lui. Il a bien essayé d’en parler à son seul copain Charles. « C’est parce que je suis gros ? – Un peu. Mais ce n’est pas ça. C’est mon nom ? Charles avait haussé les épaules : -Le nom… disons que ça rajoute… - La profession de ma mère ? Ma mère ? Le look de ma mère ? Le nom de ma mère ? –Oublie ta mère avait dit Charles. Il savait donc. Enzo avait continué : - Mon visage, mes fringues, ma voix, mes bonnes notes en français, mes mauvaises notes en gym… ? Charles l’avait arrêté : - C’est ton odeur, ils disent que c’est ton odeur qu’ils ne peuvent pas supporter »

Simple et efficace ce mot : ODEUR qui me rappelle certaines paroles entendues ….

Son odeur ! Que peut-il faire contre ça ? Se parfumer à mort, il a essayé, ce fut pire. Les tourments endurés iront jusqu’à l’indicible.

Enzo se réfugie dans ses rêves nocturnes auxquels il donne une dimension quasi réelle qui lui permettront d’avancer, de grandir ; non pas d’oublier le supplice, mais de vivre avec. Il partira, fuira pour mieux se retrouver et retrouver Liouba, sa mère, enfin, peut-être.

Comme l’a chanté Ferrat : « Nul ne guérit de son enfance », ce qui est entièrement vrai, mais il faut faire avec.

J’ai beaucoup peiné à lire ce livre, l’écriture de Véronique Olmi n’est pas en cause, loin de là. Ce qui m’a gênée, voire agacée, ce sont ces pages inutiles, ces longueurs qui m’ont fait sauter des pages, l’ouvrir puis le fermer, pour le reprendre un peu plus tard.

D'autres avis : Philisine (merci pour le prêt) - Yv - Libfly - Babelio

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 04/12/2013 16:34

Une auteure avec laquelle j'ai du mal à accrocher, également.

zazy 04/12/2013 19:29

Beaucoup d'avis contradictoires

Sous les galets 04/12/2013 10:34

Moi je n'aime pas trop Olmi, j'ai lu d'elle Premier amour que j'ai trouvé très moyen, alors bon ce n'est pas avec celui là, qu'on va se réconcilier

zazy 04/12/2013 10:37

Ce fut mon premier et le dernier... peut-être

Aifelle 03/12/2013 13:35

Ton avis, plus le commentaire d'Yv, je passe ..

zazy 03/12/2013 13:44

D'autres ont aimé

yv 03/12/2013 12:55

je n'ai pas aimé non plus trop de longueurs, trop de clichés...

zazy 03/12/2013 13:44

D'accord avec toi