Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Blaise Hofmann - Estive

3 Juillet 2017, 16:41pm

Publié par zazy

Estive Blaise Hofmann

Editions ZOE poche

Juin 2011

208 pages

ISBN 978-2-88182-592-7

 

 

4ème de couverture :

«Que fait un troupeau lorsqu’il est formé ? Il se déforme. Il faut le reformer. Je pense beaucoup à toi, Sisyphe.»

Estive est un récit  où l’auteur romance un été de berger en charge d’un troupeau de moutons. Ce carnet de route dans une vallée alpine fait partager au lecteur, tout au long de rencontres inattendues, d’images poétiques et de réflexions philosophiques, le quotidien difficile des paysans et des bergers. Le livre n’est pas seulement un témoignage mais un «récit d’apprentissage».

Ce texte à l’écriture fragmentée, incisive et ironique, interpelle autant la dysneylandisation des Alpes que l’aspect devenu exotique des métiers ruraux de montagne.

 L’auteur (site de l’éditeur) :

Né en 1978, Blaise Hofmann a publié un récit de voyage en 2006, Billet aller simple.

Estive a reçu le prix Nicolas Bouvier  au festival Etonnants Voyageurs 2008

 

 

J’ai chaussé mes chaussures de marche, pris le gros bâton pour suivre l’auteur dans le récit de son parcours le temps d’une estive.

Apprenti-berger, il doit se débrouiller tout seul « Dans le troupeau, je suis dieu. » Pan ?  Ce serait bien nommé puisqu’il est devenu le dieu des bergers et pâtres.

« Que fait un troupeau lorsqu’il est formé ? Il se déforme. Il faut le reformer. »
Sur ce minuscule lopin de terre, j’expérimente la vie d’une petite société de mille membres, mille machines à vie qui consomment de l’eau, de l’herbe, produisent de la viande et des agneaux. Au sein de cette modeste société, j’ai l’arrogance d’un Prométhée qui croit dominer la nature et tire, à la place d’un autre, les ficelles de marionnettes vivantes. »

L’arrogance du début va vite laisser place à la nervosité. Le narrateur, malhabile avec les chiens apprend, sur le tas, son dur métier, tantôt dans la chaleur, la pluie, la neige,  le froid.

Petit à petit, le métier rentre. Le narrateur, plus souple se fait accepter des chiens qui le secondent et l’accompagnent.

La vie est rude, il faut aimer la solitude et la vie spartiate ponctuées de rencontres ou de descentes vers le café, histoire de causer avec les habitants du village.

« Claquer sa paie en deux ou trois jours en payant des tournées, le plaisir du marin. Comme eux, descendre en ville, faire le tour des bistrots, revenir malade, éreinté, ruiné »

Il faut bien que la solitude s’oublie que le berger se noie dans le monde, s’enivre autant d’alcool que de paroles, bruit, visages

Blaise Hofmann prend des notes, écrit, surtout lorsqu’il pleut.

pleut « L’écriture me tient éveillé, me donne une contenance (ce bouquin est un bâton de berger sculpté par temps de pluie). »

Le boulot n’est pas que contemplatif, il peut être répétitif, sauf lorsqu’il faut tondre les bêtes

«Quatre cent quarante-sept bêtes tondues, j’ai de la merde jusqu’aux épaules, le dos d’un octogénaires, les pantalons en guenille, mais le sourire jusque-là, parce que le tondeur a un drôle d’humour. »

Les pensées, les auteurs, l’imagination sont ses compagnons de solitude, l’écriture sa compagne. Devant tant de beauté, Hofmann peine à trouver les mots

« Le froid se tolère davantage lorsqu’il y a de belles lumières. Il donne envie de peindre, de faire de la musique, de se donner à quelque chose de corporel, de graver sur un bâton les formes qui viennent à l’esprit. »

Les mots n’existent plus de la même façon. Leurs concepts rigoureux sont trop explicites. On ignore comment rendre l’expérience sensible, comment décrire cette absence de formes, dire l’impression de froid, de joie et de fatigue. On oublie tout ce qu’on a lu, on per toute notion linguistique et on jouit, trempé, usé et enchanté, des approximations du soleil et de la brume. »

La saison se termine, il faut déclôturer, tout ranger, ne pas oublier la mort-aux-rats. L’estive vous change l’homme alors, il redescend dans la vallée à pied, en prenant son temps

« Ces mains calleuses sont les miennes. Le miroir me surprendra. J’ai bonne mine à jouer ainsi avec ma barbe. Mon identité vacille. »

 

Blaise Hofmann se livre à des réflexions sur les Alpes qui se dysneylandent, l’estive subventionnée, la société et offre un doux moment de lecture. J’aimais le retrouver chaque soir, pas pour en lire des pages et des pages, non, savourer, prendre le temps de déguster ses phrases, écouter ses réflexions, regarder vivre le troupeau, s’activer les chiens, admirer le paysage.

Un livre dont je sors calme et sereine.

Livre lu dans le cadre de la Voie des Indés concoctée par Libfly avec le partenariat des éditeurs indépendants dont Les éditions ZOE, maison d’éditions suisse, que je découvre.

Commenter cet article

Quichottine 11/07/2017 18:23

Un livre à déguster... merci pour cette envie de lecture que tu donnes. Il y a des livres qui n'aiment pas la lecture rapide. :)
Passe une douce soirée.

zazy 11/07/2017 18:27

C'est vrai, au pas montagnard

Jerome 11/07/2017 12:48

Si tu veux rester dans le même univers avec le même éditeur je te conseille de découvrir "Le garçon sauvage" de l'italien Paolo Cognetti.

zazy 11/07/2017 14:05

Je le note, merci

Alex-Mot-à-Mots 06/07/2017 11:40

Tu es redescendu des verts pâturages pour ton billet ?

zazy 06/07/2017 11:49

J'y étais si bien

manU 05/07/2017 21:37

Voilà qui semble bien différent de son livre sur Capucine !

zazy 06/07/2017 11:49

Je n'ai pas lu Capucine, mais, je vais regarder de ce côté

Mimi 04/07/2017 06:41

Une lecture bien loin des sentiers battus !

zazy 04/07/2017 12:24

Il suffit de suivre le sentier de l'alpage.